Neuilly : la justice interdit la vente du ballon d’or de Maradona

0
58
(FILES) Diego Maradona poses with the Ballon d'Or at the Lido in Paris on November 13, 1986. He was awarded following the 1986 FIFA World Cup. The auction of a trophy awarded to the late Diego Maradona that was planned this week has been postponed, French auction house Aguttes said on June 2, 2024, amid a judicial investigation looking into the possible resale of stolen goods. (Photo by Pascal GEORGE / AFP)

INFO LE PARISIEN. Favoris pour le titre olympique, les basketteurs américains devraient s’entraîner au palais des sports de Levallois lors des phases finales du tournoi.

Victoire pour le clan Maradona. Les héritiers du plus célèbre des footballeurs argentins ont finalement obtenu l’interdiction de la vente aux enchères du « ballon d’or » remis à leur père en novembre 1986, lors d’une cérémonie organisée au Lido. Dans un arrêt rendu ce mercredi matin, la Cour d’appel de Versailles infirme en effet l’ordonnance rendue le 30 mai dernier par la chambre des référés du tribunal judiciaire de Nanterre.

Selon la Cour d’appel, il existe un réel différend que le juge n’a pas tranché, portant sur la propriété du trophée remis à Maradona, après la victoire de l’Argentine en Coupe du monde organisée au Mexique. La famille de Diego Maradona avance que ce Ballon d’or avait été placé sous coffre à la Banca della Provincia di Napoli, à Naples, banque dévalisée quelques mois plus tard par plusieurs membres d’une organisation mafieuse.

Les enfants de la star, décédée en novembre 2020, expliquent aussi que de nombreux articles de presse publiés à l’époque des faits ont relaté cet événement et qu’une plainte avait d’ailleurs été déposée. D’où leur surprise d’apprendre, en mai dernier, que le ballon d’or avait refait surface et qu’une une vente aux enchères du fameux trophée était annoncée par la Maison Aguttes, basée à Neuilly-sur-Seine. Une vente à laquelle les enfants d’El Pibe del Oro se sont d’emblée opposés et que la Maison Aguttes a fini par reporter sine die.


À lire aussi« Sa place est en Argentine » : la vente du Ballon d’or de Maradona à Neuilly toujours contestée par sa famille


Car aux yeux de la famille « l’origine de propriété du trophée est douteuse ». Tellement douteuse qu’une plainte pour recel, a été déposée, le 21 mai 2024 auprès du procureur de la République près le tribunal judiciaire de Nanterre.

« L’affaire n’est pas terminée »

L’actuel propriétaire, Abdelhamid B., prétend pour sa part avoir acquis le fameux ballon d’or sans le savoir, dans une vente aux enchères qui se tenait, en 2016, à l’hôtel Drouot-Montmartre. Selon lui, le « Adidas Golden Ball » se trouvait alors dans un lot contenant des centaines de trophées sans valeur particulière.

« Je suis satisfait que la Cour d’appel ait pris soin de souligner dans son arrêt que les conditions d’acquisition du trophée, telle qu’exposées par l’intéressé, ne permettent pas clairement de le qualifier d’acquéreur », observe le conseil des héritiers Maradona, Me Gilles Moreu, avocat du cabinet Paradox, avant de rappeler que l’affaire n’est pas terminée puisque ces clients vont désormais introduire une procédure au fond afin de revendiquer le bien.

En attendant l’issue de cette procédure, la cour d’appel a ordonné la séquestration du ballon d’or chez un tiers. « Nous sommes satisfaits de cette décision qui est conforme à nos demandes et qui rassure nos clients, savoure Gilles Moreu Nous sommes certains que ce ballon d’or ne disparaîtra pas une seconde fois avant que la justice ne se prononce au fond. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici