Paris : Riposte alimentaire bloque l’avenue de la Grande-Armée contre les coupes dans le budget de MaPrimeRénov

0
44
A Paris, le 26 février 2024. Des militants de Riposte alimentaire ont bloqué l'avenue de la Grande-Armée durant plusieurs dizaines de minutes.

Plusieurs militants du mouvement de défense du climat ont décidé de bloquer l’avenue de la Grande-Armée, lundi, pour protester contre les coupes budgétaires du gouvernement au sujet de la rénovation thermique des bâtiments.

Le mouvement de militants pour le climat, Riposte alimentaire (anciennement Dernière rénovation), a bloqué ce lundi matin, pendant une heure, l’avenue de la Grande-Armée, à Paris, dans un sens, pour protester contre les coupes du gouvernement dans le budget consacré à la rénovation thermique des bâtiments.

Sept militants ont revêtu des gilets oranges estampillés Riposte alimentaire et se sont assis sur le passage piéton vers 9 h 15, en collant leurs mains à l’asphalte, empêchant la circulation à tous les véhicules dans le sens banlieue-Paris, en direction de l’Arc de Triomphe, à l’exception des vélos et des motos, provoquant des klaxons mais sans heurts avec les automobilistes.

Au bout de trois quarts d’heure, la police a commencé à décoller les mains de l’asphalte de cinq d’entre eux avec un dissolvant, avant de procéder à l’interpellation des sept militants.

« Le gouvernement revient sur ses promesses en reprenant un milliard alors que 1,6 milliard d’euros avaient été promis (d’augmentation de l’enveloppe de MaPrimeRénov’, NDLR) », a justifié Rachel, assise par terre, le cou enchaîné à celui de Sacha. « En plus de permettre de faire face à la crise climatique, la rénovation thermique des bâtiments est une avancée majeure de justice sociale », a poursuivi la militante, qui affirme ne pas pouvoir « rester sans rien faire ».

Riposte alimentaire proteste contre les économies « immédiates » de 10 milliards d’euros dévoilées par le ministre de l’Economie Bruno Le Maire le 18 février, pour tenir les ambitions de réduction du déficit. Érigé en septembre au rang de « priorité absolue », le budget alloué à la transition écologique est l’un des plus concernés par ces économies.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici