Punaises de lit : « invasion », « no go zone »… la psychose gagne la presse étrangère qui cède au french bashing

0
15
Paris, France, le 27 septembre 2023. Philippe désinfecte un appartement de ses punaises de lit. photo : LP / Olivier Corsan

À moins d’un an des Jeux olympiques de Paris 2024, la situation sanitaire de la France inquiète les médias du monde entier. Certains amplifient les faits, au point de présenter Paris comme une « no go zone ».

Alors que la problématique des punaises de lit se murait jusqu’alors dans les logements, la présence de ces insectes dans l’espace public – au cinéma, dans les transports, les établissements scolaires – a déclenché une panique générale en France. La nouvelle n’a pas tardé à se propager, elle aussi : des États-Unis à la Chine en passant par l’Europe, les médias font des « bedbugs » français un sujet incontournable, présenté sous de gros titres accrocheurs. « Alerte à Paris », titre le quotidien espagnol El País. « City of Light or City of Bites ? » (Ville Lumière ou Ville des Piqûres ?) interroge malicieusement le quotidien américain New York Times.

Certains expliquent le phénomène, quand d’autres jubilent et ironisent. Mardi, l’animateur Jimmy Fallon s’est moqué d’Emmanuel Macron et des punaises de lit dans son émission « The Tonight Show ». « Elles peuvent être dans vos draps, alors vérifiez bien en dessous et si j’étais vous, je ne louerai plus d’Airbnb », chante l’humoriste en prenant l’accent français.

« Des vidéos effrayantes montrent des punaises de lit rampant sur les sièges des trains et des bus à Paris », relaie le tabloïd britannique le Daily Mail, qui s’inquiète d’une prolifération à Londres après la Fashion Week de Paris.

« Une infestation de punaises de lit déferle sur Paris, avec des rapports faisant état de parasites hématophages dans les bus et les trains, ainsi que dans les cinémas et les hôtels » rapporte le JT du soir américain NBC, illustrant le sujet avec des images repoussantes de millions de punaises de lit entassées au même endroit.

Vice assume le sarcasme et parle « d’apocalypse ». CNN amplifie le phénomène, affirmant que, selon le gouvernement français, les punaises de lit ont « infesté » le réseau de transport francilien. « Soit ils ont une info qu’on n’a pas, soit ils contribuent à la psychose générale en racontant tranquillou des grosses fake news », relève sur X (ex-Twitter) une journaliste du Monde.

Le ministre des Transport, Clément Beaune, a lui-même mis en garde contre les fake news. « Ces dernières semaines, une dizaine de cas ont été signalés à la RATP (…) tous ont été vérifiés » et il y avait « zéro cas avéré ». À la SNCF, il y a eu « 37 cas » signalés « ces dernières semaines » et, là aussi, « tous vérifiés, zéro avéré », insiste-t-il.

« Polémique politique »

Le New York Timesdéfend toutefois une autre vision, moins alarmiste. « Les Parisiens n’ont pas l’air si préoccupés par l’infestation de punaises de lit », avance le quotidien américain, précisant que le métro, les bars et les cinémas sont « tout aussi bondés que d’habitude ».

Certains médias s’intéressent aussi à la gestion politique de cette recrudescence, dans un contexte d’organisation des Jeux olympiques. LeSouth China Morning Post indique que « les autorités françaises sont sous pressions pour s’attaquer au problème » à l’approche des JO de Paris 2024 l’été prochain, qui « devraient attirer 15 millions de spectateurs. » De son côté, CNN rappelle qu’Emmanuel Grégoire, le premier adjoint à la mairie de Paris, a mis en garde contre « l’hystérie » à ce sujet, affirmant que les Jeux olympiques n’étaient pas « menacés ».

Al-Jazeera a également recensé les solutions proposées par le gouvernement pour éradiquer le phénomène au plus vite. « La crise croissante des punaises de lit en France a déclenché une polémique politique », observe The Guardian qui parle d’une « vague de panique et de dégoût » qui s’est « répandue dans le pays ».

Elle s’est, semble-t-il, aussi répandue hors de nos frontières : un vol Paris-New York d’Air France a été annulé mardi pour suspicion de punaises de lit… qui s’est révélée être une fausse alerte. Et l’Algérie a mis en place des « mesures préventives » pour éviter toute propagation des punaises de lit sur son territoire, alors qu’une importante diaspora algérienne vit en France. Ces mesures prévoient « le contrôle sanitaire des avions, des navires et des transports terrestres », et « la désinfection des bagages et des marchandises susceptibles de contenir des insectes nuisibles ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici