Reims – PSG : après Milan, Paris veut rebondir pour éviter la sinistrose

0
75
FOOTBALL , LIGUE DES CHAMPIONS UEFA , PHASE DE GROUPES 4E JOURNEE , 07/11/2023 , MILAN ( ITALIE ) STADE GIUSEPPE MEAZZA SAN SIRO / MILAN AC - PARIS SG / KYLIAN MBAPPE PHOTO LE PARISIEN / ARNAUD JOURNOIS

Quatre jours après la défaite à San Siro contre l’AC Milan (2-1), les Parisiens retrouvent la Ligue 1, ce samedi à Reims, avec l’ambition de reprendre goût à la victoire avant d’aborder la trêve internationale.

Avant de recevoir Monaco et de remettre le couvercle face à Newcastle pour la qualification en Ligue des champions après la défaite à San Siro mardi soir (2-1), les Parisiens ont un virage important à négocier, ce samedi à Reims (17 heures, Prime Video), 4e de Ligue 1.

Un seul objectif : réagir, proprement, avec panache et, si possible, un peu de spectacle pour s’éviter le coup de la panne et rejoindre l’esprit tranquille leurs sélections pour la séquence internationale. Pour l’heure, le PSG n’occupe la première place ni en championnat ni dans son groupe de Ligue des champions. Alors, en Champagne, la bande à Luis Enrique serait bien inspirée de maîtriser l’art du rebond à la manière du nouveau phénomène du basket mondial Victor Wembanyama.


À lire aussiCes chiffres inquiétants qui illustrent les difficultés parisiennes à l’extérieur


Jusqu’à présent, cette saison, chaque défaite s’est suivie d’une victoire. Après Nice (2-3) et Newcastle (1-4), les joueurs du PSG ont toujours su réagir pour s’imposer dans la foulée, contre Dortmund (2-0) et Rennes (1-3). Le meilleur moyen de s’éviter la sinistrose dans une période qui décidera des grandes échéances du printemps.

Des derniers déplacements difficiles

Les derniers déplacements n’ont pas tous été de nature à convaincre pour autant. On pense aux derniers voyages européens, mais pas seulement. À Brest, le 29 octobre (3-2), l’affaire n’avait pas été une partie de plaisir malgré une entame réussie, preuve qu’aucun match n’est à prendre à la légère.

« Notre équipe arrive avec la même ambition à domicile ou à l’extérieur, on veut toujours attaquer et je ne vais pas changer. Ça ne changera pas avec moi. C’est en tout cas ce qu’on essaie de mettre en place », a rappelé Luis Enrique, ce vendredi lors du point presse. L’entraîneur parisien sait devoir affronter « un adversaire intéressant, avec de la qualité au pressing. » Pour le contrer, il ne pourra toujours pas compter sur le retour de Marco Asensio.


À lire aussiPSG: « On veut toujours attaquer et je ne vais pas changer », avant Reims, Luis Enrique garde la même philosophie


Le milieu de terrain international espagnol (38 sélections, 2 buts) ne figure plus dans les communiqués médicaux publiés par le club, mais « il doit encore travailler physiquement » pour être pleinement compétitif. En attendant, Gonçalo Ramos et Randal Kolo Muani restent les deux seules solutions en pointe pour un rendement qui laisse à désirer. « C’est vrai aussi que le dernier résultat conditionne un peu l’état d’esprit du prochain match. Il faut qu’on change un peu cette mentalité », ajoute Enrique.

Plus conquérant, plus bagarreur, plus rigoureux. Paris doit en réalité élever le curseur un peu partout, en espérant le retour en grâce de sa star Kylian Mbappé, littéralement atone en terre italienne. Il est beaucoup trop tôt pour lancer le signal d’alarme, mais plus la saison avance, plus le temps se réduit pour le PSG qui doit enfin assumer son statut d’épouvantail.

Un succès à Reims viendrait remettre de l’ordre dans la maison rouge et bleu même si, en interne, on martèle qu’il n’y a pas le feu. Paris serait justement inspiré de l’allumer. Pas comme l’an passé où l’opposition Reims – PSG s’était soldée par un bien triste 0-0 en infériorité numérique…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici