Sécheresse : à Elne, désormais, les nouvelles piscines interdites

0
13
Maire d'Elne, Nicolas Garcia a pris un arrêté municipal pour interdire ce printemps la construction de toute nouvelle piscine sur sa commune.

Le maire d’Elne (Pyrénées-Orientales), Nicolas Garcia, est un habitué des coups médiatiques et le dernier en date vient se glisser dans l’actualité brûlante des Pyrénées-Orientales, la sécheresse. Il interdit les piscines.

« Je ne suis pas contre les piscines mais il faut bien, à un moment, que tout le monde prenne conscience de ce qui se joue cette année avec l’absence de pluie » résume, en substance, Nicolas Garcia. Le maire de cette commune des Pyrénées-Orientales, habitué des coups médiatiques, a pris un arrêté municipal pour interdire toute nouvelle construction de piscine dans sa commune, ainsi que le creusement de tout nouveau forage directement dans la nappe pour les propriétés raccordées au réseau d’eau potable…


À lire aussi«Les factures d’électricité en 2023, la commune ne les paiera pas» : qui est Nicolas Garcia, le maire d’Elne


« On demande à tout le monde de faire des efforts, le département est en alerte renforcée à cause du manque d’eau… S’il ne se passe rien, demain nous passerons en régime de crise et la situation sera encore plus compliquée » justifie l’élu.

L’arrêté ? « Il est juste fait pour empêcher que des gens mettent des piscines en construction aujourd’hui pour les remplir au mois de juin quand on aura besoin de l’eau ailleurs et que par ailleurs l’arrosage des jardins potagers est interdit ! D’ailleurs, s’il pleut, si le niveau d’alerte descend d’un cran, nous pourrons abroger l’arrêté. »

La colère des piscinistes

Si la portée de la décision est limitée, elle a surtout mis en colère les piscinistes du département qui crient au complot dans la presse locale, expliquant que l’eau des piscines n’est qu’une goutte d’eau dans la consommation d’un département, et qu’une « piscine pleine consomme moins à l’année qu’une chasse d’eau ». Elle met en lumière les extrêmes tensions qui se font jour autour de l’eau et des décisions difficiles, mais sans alternatives, qui vont s’imposer dans les prochaines semaines s’il ne pleut pas.


À lire aussiSécheresse : le manque d’eau oblige déjà à limiter le nombre de constructions


Et Nicolas Garcia de remonter sur un de ses vieux chevaux de bataille. « Nous avons quatre rivières, des lacs, deux nappes phréatiques, nous avons des millions de mètres cubes d’eaux usées produites par les stations balnéaires l’été, nous n’avons pas de problèmes de ressources mais plutôt un problème de gestion parce que rien n’a été fait ou pensé depuis 20 ans ! »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici