Tirs sans sommation au Bois de Boulogne : le policier condamné à 3 mois de prison avec sursis

0
41
Le tarif du stationnement va baisser au 1er mars 2023 dans les bois de Boulogne et Vincennes. Ici la route de la pyramide qui traverse le bois de Vincennes. LP/Estelle Dautry

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce mardi à trois mois d’emprisonnement avec sursis un policier, poursuivi pour avoir ouvert le feu sans sommation sur une voiture dans le bois de Boulogne en avril 2019.

« Un tir de riposte instinctif ». C’est de cette manière qu’a essayé de se défendre Alexis B, pendant son procès. Sans succès. Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce mardi à trois mois d’emprisonnement avec sursis ce policier, poursuivi pour avoir ouvert le feu sans sommation sur les occupants d’une voiture dans le bois de Boulogne en avril 2019.

Les faits se sont déroulés dans la nuit du 29 au 30 avril, lorsque trois voitures de la brigade anticriminalité (Bac) ont intercepté une voiture occupée par six hommes âgés de 16 à 22 ans qu’il soupçonnait d’un vol de sac à main.

Les policiers ne portant aucun signe d’identification (ni brassard, ni gyrophare sur le véhicule), les occupants de la voiture affirment avoir cru être les victimes d’un braquage et le conducteur avait fait marche arrière pour tenter de s’enfuir, heurtant un des véhicules de police banalisé en reculant. L’un des fonctionnaires, Alexis B., avait alors tiré sans sommation à deux reprises sur le véhicule.

« Une erreur de ma part »

« J’ai cru que j’allais mourir », a confié mardi devant le tribunal un des passagers, alors âgé de 16 ans. « J’entends encore dire : il ne s’est rien passé de grave. C’est compliqué à entendre, on est six à avoir failli perdre notre vie », a témoigné le conducteur.

Appelé à la barre et confronté aux images de vidéosurveillance de l’interpellation, le policier a décrit son acte comme « un tir de riposte instinctif ». « Je pense avoir agi au mieux pour protéger mes collègues. Si la situation avait dégénéré ou s’il s’était passé quoi que ce soit de grave, je m’en serais voulu toute ma vie », a-t-il justifié en réaffirmant sa certitude d’avoir agi en état de légitime défense. « Le fait de n’avoir pas mis mon brassard est une erreur de ma part, c’est indéniable », a toutefois concédé Alexis B.


À lire aussi«J’ai cru que c’était la fin», le calvaire de Rose, 20 ans, violée au bois de Boulogne


Le procureur de la République a estimé que l’action du policier relevait d’une « particulièrement mauvaise maîtrise de la situation qui s’est passée ce soir-là » et requis trois mois de prison avec sursis sans interdiction professionnelle. En prononçant son jugement, la présidente du tribunal a écarté la légitime défense en estimant la réaction du policier non proportionnée à la menace et injustifiée.

L’agent, âgé de 28 ans au moment des faits, était membre de la Bac de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) et continue d’exercer ses fonctions de policier depuis l’incident. Poursuivi pour violences et dégradation, le conducteur de la voiture visée avait été relaxé par le tribunal en novembre 2020.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici