Val-d’Oise : l’ancien homme d’Église de 91 ans s’est fait soutirer 25 000 euros par « une amie proche »

0
45
Illustration. police 95

Pendant plusieurs mois, le nonagénaire, qui réside à Bessancourt, a effectué d’importants versements d’argent au bénéfice d’une femme âgée de 57 ans. Soupçonnée d’abus de confiance, elle a été interpellée et sera jugée le 26 septembre prochain.

Des voyages, des centaines d’euros de notes de restaurants, et même un séjour dans un parc d’attractions. Voici l’étonnant train de vie d’un ancien homme d’Église âgée de 91 ans, et qui a mis la puce à l’oreille de sa famille. Il y a quelques semaines, celle-ci a déposé un signalement auprès du tribunal judiciaire de Pontoise (Val-d’Oise), soupçonnant un abus de confiance sur personne vulnérable. Car depuis plusieurs mois, les proches du nonagénaire constatent des dépenses anormales, alors que le retraité est domicilié à la résidence des personnes âgées La Closeraie à Bessancourt.


À lire aussiVal-d’Oise : la trésorière poursuivie pour avoir détourné l’argent de l’association des personnes handicapées


L’enquête, confiée à la sûreté urbaine d’Ermont, conduit les policiers à identifier une femme de 57 ans, avec qui la victime se serait liée d’amitié. Selon les investigations, cette « ancienne assistante sociale à l’évêché de Pontoise de 2017 à 2018 », indique une source policière, aurait bénéficié de plusieurs chèques émis par l’homme de 91 ans à son bénéfice, mais aussi au profit de sa fille, pour un montant total de 5000 euros.

Jugée en septembre pour abus de confiance

Elle a en outre reçu divers cadeaux, sans compter des voyages en Italie et en Normandie, payés avec l’argent de la victime. Montant total du préjudice estimé : 25 000 euros. La mise en cause était interpellée à son domicile et placée en garde à vue le 2 mai. Lors de son audition, elle ne reconnaissait pas avoir profité de l’ancien homme d’Église. Elle avançait que ce dernier « était généreux, qu’il faisait ce qu’il voulait de son argent, qu’il agissait par pure amitié, mais que surtout, il revivait grâce à cette relation d’amitié », précise encore une source proche du dossier.

Des déclarations qui n’ont pas convaincu le parquet de Pontoise qui l’a déférée au tribunal judiciaire le 3 mai. Elle sera jugée en septembre prochain devant le tribunal correctionnel pour abus de confiance sur personne vulnérable. Dans l’attente du procès, elle a été placée sous contrôle judiciaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici